AccueilCalendrierFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Franz Rittmeister

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Maître d'Armes
avatar


MessageSujet: Franz Rittmeister   6/2/2015, 14:37

feat Koily and Goran Alena
Franz Rittmeister
"Je n'ai foi qu'en un seul Dieu : le Pouvoir."

Skull and Shark by Lazerhawk on Grooveshark


Présentation




« Bonjour !
Je me nomme Franz Rittmeister et l'on ne me surnomme pas. Je suis né à l'aube d'un 21 Septembre 1655 à Leipzig. J'ai 40 ans. Je suis un Homme. Je suis Hétéro et actuellement Célibataire. Je suis droit et franc et je peux me comporter de manière instable et colérique. »

Taille : 1m82
Poids : 67 kg
Groupe : Corps dirigeant de l'école de Cavalerie
Métier : Maître d'Armes
Ambition : Conserver main basse sur l'école et en faire un grand complexe militaire.

Physique



D'une taille moyenne pour un homme, Franz a une carrure élancée. Sa posture est celle d'un homme de pouvoir, dressé et la tête haute mais sa démarche présente un léger boitement due à certaines blessures de guerre un peu trop profondes. Il est cependant en grande forme physique et tout à fait apte à montre à chevale et à croiser le fer avec quiconque se mettra en travers de son chemin ou de ses intentions. Les mains endurcies par le temps et les batailles, elles sont d'une force redoutable.
Toujours habillé de son uniforme militaire, celui de Capitaine de cavalerie, dont il prend grand soin. Sur celui-ci figure les médaille de ses faits d'armes, où viennent s'ajouter certaines médailles arrachées au uniformes ennemis. Il porte toujours à sa ceinture une épée wallone fabriquée du meilleur acier de l'Empire germanique, rangée dans un fourreau décoré de velour vert foncé et d'or assorti à la garde.


Caractère



Franz Rittmeister est un homme très calme et silencieux en apparence. Cela se ressent également dans sa façon de parler presque flegmatique. On peut lire sur son visage une certaine contrariété, d'anxiété aussi, comme s'il entendait en permanence des voix assourdissante, mais toujours avec ce soupçon de froideur impénétrable, comme une statue dont l'expression ne pouvait changer. Ses sourires étaient rares et ses éclats de rires étaient tellement sinistres qu'ils en glaçaient le sang.
D'un point de vue tout à fait psychologique, Franz montre certains signes de traumatismes dus aux diverses batailles menées au cours de sa vie, dans les armées ou non, déclenchant certains tics de langage ou corporels, ainsi que des sautes d'humeur relativement importantes. Son tempérament calme et froid en apparence peut laisser place à une colère rugissante et ardente. De ce fait, il est difficile de cerner sa personnalité ou ses réelles intentions, du fait d'une humeur trop changeante ou simplement trop constante pour être percée à jour.
Ce qu'il faut retenir de Franz Rittmeister, c'est son comportement instable, tant physiquement que psychologiquement, capable du meilleur comme du pire à chaque seconde, mais toujours dans un calme et un silence glacial.


Histoire



La guerre. La guerre ne change jamais.
Franz Rittemeister est issu d'une famille de militaire de génération en génération, son père ayant été un Général des armée de l'Empire en son temps. Il était destiné lui aussi à un avenir prometteur à la tête des armées impériales. Il s'engagea à ses 16 ans dans l'armée, décidé à gravir un à un les échelons du pouvoir, près à écraser le monde entier s'il le fallait. Dés son plus jeune âge, il présentait déjà une forme de détermination exacerbé, une volonté de fer et un tempérament de conquérant. Mais tout cela, c'était en 1671, car à l'aube de l'année 1672, la Guerre de Hollande débuta. Ce serait la première et la dernière guerre que connu Franz.
Les combats commencèrent à grand renforts de canons. La Grande Alliance était engagé dans un combat qui durerait plus de 6 ans, et avec elle "das Reich", l'Empire romain germanique. La guerre avait commencé au mois de Mars. Les armées française avançaient vite. On entendait dans les rangs que les massacres laissés sur leur passage étaient terrifiants, comme s'ils n'étaient plus des hommes mais des monstres sanguinaires assoiffés de sang. Les récits et les rumeurs allaient bon train dans le Vème Régiment de Cavalerie, celui auquel Franz avait été assigné, et, bientôt, un climat de terreur s'installa dans les rangs de celui-ci. Franz y vit une opportunité de se hisser au pouvoir. Il prit le soin de réunir les inquiétudes des cavaliers et de faire un registre des rumeurs et faits de guerre raconté à droite et à gauche, afin d'informer le Caporal de son régiment de la possible situation. L'information remonta. On ignore si ces informations étaient vraie ou non, importantes ou non, si elles menèrent les armées de la Grande Alliance vers une défaite certaine. Quoiqu'il en soit, Le prodigieux Franz passa en une seul année du rang de Sergent au rang de Capitaine, parce qu'il était déterminé, mais surtout parce que la guerre faisait rage et que l'ennemi était aux portes du Rhin.

Juin 1673. Maastricht. Le régiment se trouvait là dans l'attente de recevoir des ordres de plus haut. On ne savait pas exactement où se trouvait l'ennemi. On raconte que des éclaireurs avaient repéré les troupes françaises à quelques kilomètres de Namur, mais cela restait des rumeurs et rien n'indiquait que les négociations se ferait en faveur d'une trêve ou d'une reddition. La Hollande avait proposé de céder Maastricht aux mains de l'ennemi. Les traîtres.
A l'aube du 13 Juin, les premiers canons résonnèrent aux portes de la ville. La ville était assiégée. Les troupes françaises avaient encerclé Maastricht pendant la nuit et demandaient de rendre les armes. Franz refusait de se rendre sans se battre. Les troupes présentes n'étaient pas suffisamment nombreuses pour tenir face à une armée de cette ampleur et le combat les mènerait à une mort certaine. Les balles et le sang jonchaient le sol, la terre était retournée, martelée, trempée. Le 30 Juin, les trois quarts des hommes présents étaient morts, la plupart par balle, le reste de faim ou d'épuisement. Les français et les anglais décidèrent de prendre le reste des soldats comme prisonniers de guerre.
Franz passa 12 ans dans une prisons française, mal nourri, entre combat de prisonniers et coups bas des gardiens. 12 ans de misère, de maladies dont on réchappait ou dont on mourrait. 12 ans d'isolement, ou la solitude est un poison qui vous ronge de l'intérieur. 12 ans. Franz ne ressorti pas indemne de cette expérience. La guerre c'était achevée par la défaite de la Grande Alliance et du Reich en 1678. Maastricht avait été laissée sur place toutes ces années à ce que l'on disait, laissée en ruine et jonchée de cadavres de soldats et de civils. Non, la guerre ne change jamais...

On avait négocié la sortie de Franz Rittmeister du fait de sa longue descendance dans les armées. La France avait besoin d'hommes de son envergure et avec une réputation aussi bien trempée, une réputation et un tempérament de conquérant. On fit sortir cet ex-Capitaine de l'armée germanique en 1685, au moment de la révocation de l'édit de Nantes. On le mit à la tête d'un régiment de cavalier et on demanda à ses troupe de retenir les civils qui s'amassaient aux portes de la ville. Ils avaient l'ordre de tirer au moindre débordement. Franz était entré en prison dans le sang et en sortait de la même manière.
En 1686, les choses en France s'étaient calmée. Malgré la rancune de Franz envers les Français qui l'avaient retenu en prison toutes ces années, les haut gradés de l'armée française semblaient l'apprécier et avoir besoin de lui. Il profitait alors de cet avantage pour faire ses galons en France. On lui accorda le rang de Major rapidement, à titre honorifique, car son âge avancé ne lui permettait plus de servir en tant que soldat dans l'armée, ni même en tant que dirigeant de régiment, d'autant plus que ses blessures étaient considérées par les médecin comme le rendant inapte à l'exercice de ses fonctions.
Il fut assigné à la direction d'une école militaire de Bretagne, près de la ville de Gráinne. Il y occuperai le rang de Maître d'Armes et y serait l'autorité suprême. Il serait chargé du recrutement de ses formateurs et officiers, ainsi que de ses élèves. Finalement, Franz Rittmeister venait d'atteindre un peu tard ce à quoi il aspirait depuis toutes ces années : le Pouvoir suprême.


Derrière l'écran



Pseudo : Saerus
Âge : 23
Comment avec-vous connu le forum ? Les personnes concernées sont au courant...
Que pensez-vous du forum ? J'y ai fait un travail convenable !
Quelle est votre disponibilité ? Anytime.
Autre chose ? Rejoignez-nous !
© Ju de Never-Utopia


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
╄Main De Dieu╄
avatar


MessageSujet: Re: Franz Rittmeister   7/2/2015, 22:18

Bienvenue

  Franz


 
Sois le bienvenu voyageur. Sache que rien n'arrive par hasard en ces sombres contrées. Notre seigneur t'a aimablement confié à nous, et nous saurons nous en rendre dignes.

Je t'annonce humblement que tu es VALIDE. tu peux dès à présent créer ton Registre et laisser la grace divine te guider dans cette nouvelle vie.

Amen.


 


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://untoldsecrets.forumsgratuits.net
Maître d'Armes
avatar


MessageSujet: Re: Franz Rittmeister   8/2/2015, 13:31

Merci Mère, je saurai m'acquitter de la tâche qui m'incombe.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
╄Main De Dieu╄
avatar


MessageSujet: Re: Franz Rittmeister   10/2/2015, 10:59

Je n'en doute pas un seul instant. Un homme qui a survécu aux prisons Françaises ne saurait me décevoir.


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://untoldsecrets.forumsgratuits.net
Maître d'Armes
avatar


MessageSujet: Re: Franz Rittmeister   11/2/2015, 22:24

Les prisons m'ont préparé à ce moment, et j'ai déjà hâte de commencer...


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: Franz Rittmeister   

Revenir en haut Aller en bas
 

Franz Rittmeister

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut